« Rien de grave Sarah, bienvenue dans le monde des hypersensibles.. ». Je sors de la pièce, désorientée suite à mon échange avec le médecin. J’ai 15 ans à l’époque, l’âge des interrogations, des doutes, des découvertes, des remises en question… l’âge de la quête d’identité, mais aussi la recherche d’une certaine singularité. Je prends en maturité, je commence à faire mes propres choix et je forge ma personnalité au fil des expériences rencontrées. Et pourtant quelque chose ne va pas.. je suis mal à l’aise, en lutte constante contre des émotions que j’ai du mal à contrôler. Qu’est ce qui m’arrive ? Je suis à vif émotionnellement (je pleure pour n’importe quoi) et physiquement (le moindre stimuli olfactif, visuel, auditif m’agresse), je remets tout en question constamment, la moindre critique me blesse, toujours inquiète, je me sens sans protection, vulnérable, nue face au monde…et face à mon médecin.. Puis ses mots. A cet instant tout reprend forme, mes questions trouvent des réponses : oui je suis hypersensible, et non ce n’est pas grave. Point de départ d’une introspection personnelle sur ce nouveau ‘moi’ que j’apprenais à connaître différemment.

Je lance des recherches sur le sujet, je lis beaucoup, j’en parle autour de moi et au fil du temps j’apprends que ce trait de personnalité touche près d’une personne sur cinq. Bien loin d’être un défaut, il est reconnu au sein des plus grandes communautés médicales et scientifiques comme un atout rare et précieux, une forme d’intelligence des autres, interpersonnelle. Pourquoi ? Parce qu’au centre de cette intelligence se trouve la capacité de percevoir l’humeur, le tempérament, les motivations et les désirs d’autrui, et d’y réagir de manière appropriée.

Je suis née avec une grande capacité à sentir mon environnement et mon entourage. Je suis capable par un simple regard, une remarque ou un geste anodin d’identifier les désirs, besoins ou tourments des autres… Ce qui en déstabilise souvent plus d’un(e). A cela s’ajoute une intuition innée (comme un 6ème sens), et une perception accrue des choses qui me permettent d’anticiper des réactions et parfois des événements. Cette fois c’est souvent moi qui suis déstabilisée ! Et puis enfin, hypersensibilité est souvent associé à une grande empathie qui permet une ouverture aux autres sincère, fidèle et sans jugement; très appréciée des proches et de l’entourage.

Prêt de 12 ans se sont écoulés depuis cette prise de conscience. Aujourd’hui je ne cherche plus à comprendre mes réactions, mes émotions.. je les accueillent telles quelles sont et je compose avec elles selon les situations. C’est un travail de tous les instants parfois difficile à gérer notamment en milieu professionnel. Pour quelles raisons ? Hypersensibilité rime souvent avec fragilité et fragilité avec incapacité à gérer des situations difficiles. Ce qui est souvent mal perçu en entreprise. Alors certes le stress est souvent plus compliqué à gérer par un hypersensible que par une personne lambda, mais l’on oublie vite les richesses que l’hypersensibilité peut apporter au travail. Les hypersensibles ont le sens du détail, ils sont à l’écoute et sont de vrais partenaires de jeu, sur qui l’ont peut compter et en qui l’on peut avoir confiance. Ils sont créatifs, novateurs, apporteurs d’idées nouvelles, ils ont un fort sentiment de responsabilité….et j’en passe. Alors oui les bruits qui émanent des open space les perturbent, ils aiment être seuls et se recentrer sur eux, le stress et les environnements compétitifs les dérangent, les haussements de ton les incommodent mais ils ont une vraie valeur ajoutée dans l’environnement dans lequel ils évoluent.

La clé pour bien vivre son hypersensibilité au travail ? S’entourer de personnes bienveillantes, qui ne vous jugent pas et ont confiance en vos compétences et vos capacités plus qu’à la gestion de vos émotions personnelles. J’ai eu cette chance et je sais l’apprécier à sa juste valeur. A contrario, éloignez-vous et protégez vous des personnes qui peuvent vous toucher négativement. En parallèle, pratiquez la méditation ou toute autre activité de relaxation et exercez-vous à ne pas absorber les émotions des autres. Vous êtes une vraie éponge, vous dépensez déjà toute votre énergie à canaliser vos propres émotions donc détachez vous du reste. Un collègue vous ennuie ? Votre manager essaie de vous transmettre son stress ? Dites stop ! Prenez du recule, éclipsez vous si besoin et recentrez vous sur vous.

Il faut savoir que certaines personnes perçoivent à peine leurs émotions et font l’expérience d’une vie mentale émotionnelle plate (ils sont dits ‘alexithymiques’). Dépourvus de toute passion, ils sont incapables de connaître la nature précise de leurs émotions et de les exprimer avec des mots précis. SI quelque chose ou quelqu’un leur procure un sentiment, quel qu’il soit, ils trouveront cela déroutant et ne voudront plus revivre l’expérience. Cet handicap se manifeste plus fortement dans les situations même banales de prises de décisions. Ces personnes sont souvent incapables de faire des choix par elles-mêmes car non conscientes de ce qui est bon ou non pour elles, car non guidées par leurs émotions.

Les sentiments donnent à la vie ses couleurs et sa saveur. Ils influent sur la façon dont l’information est traitée par notre cerveau et rendent les expériences de vie plus humaines. Ils sont décisifs dans nos prises de décisions et donnent un goût différent à la vie. Alors oui j’aimerai parfois ne pas voir ce que les gens cachent, pouvoir faire ‘pause’ quand je suis prise dans un flot d’émotions inexplicables, arrêter de tout voir dans les détails, ou encore stopper des angoisses qui font irruption dans ma vie sans prévenir… mais j’ai la chance, en tant qu’hypersensible, de ressentir cette vie à 2000%. De pouvoir sentir la musique dans ses moindres nuances, de visualiser un paysage dans ses moindres détails, d’observer toute l’énergie qui se dégage d’un regard ou d’un sourire, d’aimer sans conditions, bref, d’apprécier chaque moment de vie intensément…..

Alors à tous les hypersensibles qui liront ce billet, acceptez vous comme vous êtes, faites en votre force, vos proches vous aiment pour ça… Pour les autres, je vous encourage à leur porter un regard bienveillant, sans jugement. Nous sommes tous entourés d’hypersensibles. Essayez de les comprendre, ils vous permettront peut être de voir la vie autrement..

Et surtout, passons moins de temps à mettre les enfants dans des cases selon des schémas  prédéfinis par la société, et aidons les davantage à reconnaitre leurs aptitudes et leurs dons naturels dès la naissance. L’intelligence interpersonnelle, si elle est développée par l’enfant, doit être cultivée et valorisée par les parents et le système.. pour le bien être de tous, comme toute autre forme d’intelligence.

Author

Write A Comment